LUNDI 30 JANVIER
Je soutiens le Divan Orange
  • 10h45

(english version follow)

En 2017, après 12 ans d’existence, avec des milliers de spectacles à son actifs, une dixième reconnaissance consécutive en tant que meilleure salle de spectacles au Gala de l’industrie musicale (GAMIQ), des millions de litres de bières consommés, un nouveau système de son,  des démêlés historiques avec une voisine et une centaine d’amendes plus tard, le Divan Orange est toujours là, mais durement ébranlé.

Ébranlé au point que son avenir est menacé. A tel point que nous vous avions secrètement écrit une lettre d’adieu, qu’on a finalement décidé de jeter afin de mieux se retrousser les manches.

Faut dire que des difficultés, on en a eu:

 Travaux sur la Main

Hausse de loyer de 30% depuis sa création

Travaux de mise aux normes du bâtiment

mais la dernière en date…

la crise du bruit de 2015: une baisse de revenus (20%), gestion de crise quotidienne durant 10 mois, Taxe de départ de la plaignante (10 000$), Frais d’avocat et amendes à répétition (Cumul de 27 000$). Nous n’oublierons cependant jamais l’incroyable mobilisation citoyenne, médiatique et communautaire pour nous venir en soutien afin de passer la tempête ( MERCI encore et pour toujours) et pour dénoncer cette réglementation sur le bruit, complètement incohérente et à ce jours toujours pas réformée.

Durant ces 12 ans au Divan Orange, à chaque fois que des difficultés se sont dressées devant nous, nous avons pensé, élaboré des solutions et surtout développé cette aptitude qui caractérise le mieux le secteur culturel:  faire beaucoup avec peu.

Mais nos activités reposent uniquement sur une programmation culturelle et combinée à une inaccessibilité aux subventions gouvernementales, nous sommes forcés à vivre dans une précarité constante et insoutenable.…

Nous réalisons que nous ne pouvons plus continuer avec le même modèle. Plus clairement, ils nous manque une augmentation d’environ 10% de nos revenus annuels afin de sécuriser notre situation financière et  pérenniser notre présence au sein de la scène culturelle de Montréal.

Nous ! l’équipe, on y croit !  On croit fermement que le Divan Orange est un maillon essentiel de l’écosystème culturel. Un lieu destiné à apporter le sang neuf de l’industrie musicale montréalaise et accueillir des groupes provenant de partout au Québec, du Canada et de l’internationale.

Depuis les derniers mois toute l’équipe se mobilise corps et âme dans le projet du Divan.La coopérative de travail du Divan Orange accueille depuis octobre dernier 9 nouveaux membres.  Ensemble, nous travaillons d’arrache-pied  à l’élaboration d’un nouveau plan de consolidation et de développement, qui vise à diversifier nos sources de revenus, chercher de nouveaux partenariats, élargir notre mission culturelle et regarder vers l’avenir. Encore plus, nous sommes aussi en dialogue actif avec plusieurs acteurs majeurs du milieu culturel et de l’économie sociale afin de trouver un modèle viable pour faire face aux enjeux actuels des petites salles de spectacles du Québec et leur octroyer la reconnaissance qu’elles méritent.

La bonne nouvelle, c’est que ces démarches portent fruits, mais ce genre de processus prend du temps, et  du temps, Divan n’en n’a plus.

C’est pourquoi, dans le même esprit que lors de la création du Divan Orange, soit le partage, la communauté, et dans un souci de transparence, nous avons décidé de partager notre situation avec vous.

Parce que pour nous, le Divan Orange appartient à tous et à chacun. Le coeur du Divan Orange, c’est les groupes qui y jouent, les compagnies de booking, les gérants d’artistes, les DJ, les artistes visuels, les auteurs et vous, qui venez voir des shows et faire la fête. Vous nous avez aidé par le passé, vous nous donnez une raison de continuer et c’est pourquoi on croit que vous faites partie de la solution.

On vous invite donc à soutenir activement à votre manière la cause du Divan, que ce soit, en partageant notre cause, en faisant entendre le débat sur la place publique, en faisant un don, en participant aux concerts bénéfices qui se dérouleront au courant de l’année, et en nous témoignant votre soutien, en venant nous voir !

Quand on regarde la triste liste des inspecteur épingle, bobards, le greenroom, le café chaos, le téléphone rouge, le cabaret du Mile-End,  et bien d’autre, on comprend que c’est aussi un débat qui est plus que grand que nous.

Merci à vous

Merci à nos fournisseurs de votre compréhension et d’être d’une patience inouïe

Merci à tous les acteurs culturels qui nous font confiance depuis le début

Vous nous permettez d’exister

Xx

FAIRE UN DON !

\/\/\/\//\\\//////\\\\\\//////\\\\/////\\

A letter to our friends: an update on the Divan Orange

DIVAN ORANGE·FRIDAY, JANUARY 27, 2017

We’ve been around for twelve years, hosted thousands of shows, served millions of beers, gotten a new sound system, and overcome bitter conflicts with a neighbour. But despite this, and despite ten years of being named best Quebec venue by the Gala de l’industrie musicale (GAMIQ), the Divan Orange is in big trouble.

We’ll be upfront: We’re in enough trouble that our future is uncertain, to the point where we quietly wrote a letter saying our goodbyes. But we threw it away. We’re not done fighting yet.

We’re going to keep fighting, because we’ve overcome plenty of hurdles before: the endless construction on St-Laurent, rent increases (30% since the opening of the venue), work done to maintain building standards, and many others.

But the latest is an almost year-long war waged by a citizen trying to silence one of the main cultural hubs of Montréal. Our revenue has fallen substantially (by 20%), and we’ve had to manage this crisis every day for the last ten months, keeping us on the edge of our nerves. We ended up having to pay a $10,000 departure tax to the complainant, plus legal fees and the accumulated fines (around $27,000). We’ll never forget the incredible support of the public, the media, and our community that helped us weather this storm (THANK YOU again, and forever) and denounce this noise regulation that is totally unreasonable and still unchanged.

For twelve years, at each obstacle that we’ve encountered, we’ve had to reflect, react, come up with good solutions, and develop our ability to do a lot with very little, which is key in the cultural scene. But this approach keeps us in a state of perpetual instability and insecurity.

Our business is based on an annual cultural programming with all of the risks that that entails, and despite being a pillar of the music scene, we have limited access to government grants.

We’ve realized that we can’t keep operating like this. More specifically, we need to increase our annual revenue by 10% to secure our financial situation and to protect our place in Montréal’s culture.

But we believe we can. We firmly believe that the Divan Orange is an essential part of our cultural ecosystem: a place to nurture talent, to inject new blood into Montréal’s music industry and to welcome extraordinary artists from all over Quebec, Canada and the world.

Over the last few months, our entire team has devoted themselves heart and soul to the cause. We have begun to restructure, and the worker’s cooperative has welcomed nine new members since last October. Together, we are working hard to come up with a new plan for consolidation and development that will diversify our sources of revenue, find us new partnerships, broaden our cultural role and prepare us for the future. We are also deep in conversation with other major players in our cultural scene and social economy to find a viable model for small Quebec venues to overcome obstacles and gain the recognition that they deserve.

The good news is that these efforts are paying off. But the bad news is that these processes take time—and the Divan Orange is running out.

When we look at the list of gems that have closed their doors over the last few years—l’Inspecteur Épingle, Les Bobards, le Greenroom, le Café Chaos, le Cabaret du Mile-End, among others—we understand that this fight is much bigger than us. We’re fighting for the survival of the venues that house and foster our culture.

This is why, in the same spirit of sharing and community that the Divan Orange embodies, we have chosen to be transparent and to share the details of our situation with you.

To us, the Divan Orange belongs to everyone. At its heart are the artists that make it resonate, the booking companies, artist managers, DJs, visual artists, authors, and especially you—the ones who come to see the shows and have a good time. You’ve supported us in the past and given us a reason to keep going, and we believe that you are part of the solution.

We invite you to actively support the Divan however you can: by sharing this letter, donating, coming to our fundraising shows and special events (which will be announced over the course of this year), sharing your ideas and expertise or simply by paying us a visit!

Thank you to our suppliers for your understanding and your incredible patience. Thank you to everyone on the scene who has believed in us since the beginning.

You’re the reason we exist.

DONATE NOW !!