MARDI 7 SEPTEMBRE 2010
Bruit sur le Plateau: ne nuisons pas à la diversité culturelle
  • 19h52

Joignez ce groupe: POUR la tolérance du BRUIT sur le Plateau à Montréal

Bruit sur le Plateau: ne nuisons pas à la diversité culturelle

Alexandre Paré, l’auteur est candidat à la maîtrise à l’Institut d’urbanisme de Montréal

Je me sens en partie responsable des maladresses du conseil d’arrondissement du Plateau Mont-Royal dans sa gestion du bruit des dernières semaines. J’ai voté, il y a bientôt près d’un an, pour les candidats de Projet Montréal, un parti qui, à plusieurs égards, me rejoint dans la conception que j’ai d’une grande ville comme Montréal.

Je me souviens d’avoir vu dans la prise de l’arrondissement par l’équipe de Luc Ferrandez un pas dans la bonne direction pour la ville au grand complet. Un petit pas, mais un pas quand même. J’imaginais une équipe progressiste, à l’écoute des citoyens, consciente de son influence à l’échelle métropolitaine, désireuse de voir Montréal continuer à cultiver la diversité et de faire d’elle un véritable lieu de création et d’innovation.

Comme beaucoup de mes amis, de mes collègues et de mes proches, j’avais gagné mes élections. Peut-être qu’enfin, pensions-nous, les élus municipaux comprendront que les petites entreprises culturelles sont des animaux qui ont la santé fragile. Peut-être qu’enfin les élus municipaux comprendront qu’il n’est dans l’intérêt de personne de leur faire la vie dure et de les voir disparaître. C’est ce que je pensais jusqu’à très récemment.

La question de la survie des petites entreprises de diffusion artistique et des bars du Plateau Mont-Royal me touche depuis plusieurs années. Bien que je n’y aie pas joué un bien grand rôle, j’ai suivi de près les événements qui ont bien failli faire fermer le Green Room (c’est finalement un incendie qui aura eu raison du bar au printemps dernier) et qui sont venus à bout du Main Hall, sur le boulevard St-Laurent. J’étais DJ les vendredis soirs au Green Room au moment où les plaintes de bruit ont commencé à se multiplier vers 2006 ou 2007. On apprendra éventuellement que ces plaintes avaient essentiellement été déposées par un seul résidant qui avait acheté une propriété derrière les salles et qui s’était donné pour mission de les fermer. L’homme en question, depuis ce temps, a déménagé. Le Zoobizarre aurait également connu à peu près le même sort. La Casa del Popolo est passée bien près d’y passer aussi. Des établissements qui, en fin de compte, se sont trouvés au centre de conflits de voisinage, pas au centre d’un problème global.

Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d’autres petits bars ou salles de spectacles qui souffrent tous de l’arbitraire et de l’opacité des règlements municipaux qui laissent la latitude nécessaire aux policiers pour intervenir de façon souvent abusive et intimidante. Dans son message aux résidants concernant son projet « Noise », le poste de quartier 38 fait part de son intention de « rencontrer les tenanciers de clubs» et de créer « un comité de médiation pour les cas lourds ».

Lors de son intervention à l’émission de Michel Desautels sur la première chaîne de Radio-Canada vendredi dernier, le maire de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, Luc Ferrandez, a déclaré que la décision de modifier le règlement sur le bruit de manière à pouvoir imposer des amendes plus élevées aux entreprises avait été motivée par l’incapacité de l’administration et des policiers de régler une « dizaine de cas problèmes ». Vous me permettrez donc de douter de la volonté du PDQ 38 d’utiliser son comité de médiation pour les cas lourds.

L’attitude des élus municipaux face aux petites entreprises de diffusion artistique et des bars est, depuis longtemps, condescendante et témoigne d’un dédain évident pour une grande portion des acteurs de la vie nocturne montréalaise ainsi que pour un grand nombre de créateurs et d’artistes qui travaillent en marge des courants populaires ou conventionnels. Sauf que la création et l’innovation trouvent souvent leurs sources dans ces petits lieux de création et la diversité de la vie nocturne est généralement assurée par l’existence de ces petits bars. L’adoption d’un règlement universel qui ne tient pas compte de cette diversité est non seulement infantilisante, elle contribue également à uniformiser un arrondissement qui rayonne surtout par la diversité et la mixité de ses activités et de ses habitants.

La question des nuisances liées au bruit en milieu urbain n’est pas négligeable, au contraire, mais il faut l’aborder en prenant soin de l’examiner sous plusieurs angles et de manière à ne pas polariser ses acteurs. Les riverains d’une artère comme l’avenue du Mont-Royal ou le boulevard St-Laurent sont, comme les autres citoyens de la ville, en droit de s’attendre à un milieu de vie relativement paisible, sauf qu’ils doivent être conscients (la plupart le sont, j’en suis certain) que ce sont également des lieux où se concentrent plusieurs activités nocturnes.

Lorsque M. Ferrandez affirme que l’avenue du Mont-Royal ne comptait autrefois que quelques tavernes où une dizaine d’hommes mangeaient leurs chips en prenant une bière tranquillement, c’est à l’intelligence de tout son électorat qu’il fait offense.

D’ailleurs, même si certains établissements le long de l’avenue sont plus bruyants que d’autres, ce n’est probablement pas là que se trouvent les cas les plus problématiques, mais plutôt sur des petites rues au sein de quartiers résidentiels où se sont installés certains bars. Il s’agit donc de cas particuliers qui méritent d’être traités de la sorte.

Les propriétaires de bars et de salles de spectacles ne se lancent pas en affaire avec l’intention d’embêter les gens et ils tiennent généralement à leur établissement, de sorte que la ville et ses citoyens auraient beaucoup plus à gagner en s’assurant de favoriser leur succès. En imposant des amendes de plus en plus élevées, la ville enlève à ces établissements les moyens qu’ils ont de régler leurs problèmes. En intervenant de façon souvent musclée, lampes-torches à la main, les policiers font fuir une clientèle généralement constituée de jeunes gens qui n’ont rien à se reprocher.

Quand un bar ou une salle de spectacles ferme, ce sont des dizaines de gens qui perdent leur emploi, des centaines d’artistes qui perdent une vitrine ou un lieu de création, et des milliers de gens comme vous et moi qui perdent un endroit de socialisation unique. Tous ces gens votent. À une époque où le cynisme de la population est nourri quotidiennement par l’indifférence et l’arrogance de politiciens à tous les paliers de gouvernement, la maladresse d’un conseil d’arrondissement qui incarnait, pour plusieurs, l’ouverture, la tolérance et l’écoute du citoyen, justifie davantage le désabusement grandissant des électeurs.

La diversité de l’offre culturelle montréalaise fait qu’évidemment, tout ne peut pas plaire à tout le monde, mais tout le monde peut y trouver quelque chose. C’est une qualité dont peu de villes peuvent se vanter et il faut tout faire pour la préserver. La ville est un lieu d’échange, de cohabitation et de compromis. L’attitude des élus municipaux et du service de police de la Ville de Montréal en matière de gestion des nuisances liées au bruit ne favorise en rien l’échange, la cohabitation et le compromis.