VENDREDI 16 SEPTEMBRE 2016
Le Canal Auditif fête ses 5 ANS!

Le Canal Auditif souffle ses cinq bougies et pour l’occasion vous êtes conviés au Divan Orange afin de célébrer avec l’équipe du webzine. Au menu? Klô PelgagLouis-Philippe GingrasPerdrixJet BlackTeen Seizureainsi que quelques surprises. La soirée sera animée par Stéphane Deslauriers et Louis-Philippe Labreche.

Portes: 18h30

Teen Seizure: 19h30

Jet Black: 20h15

Perdrix: 21h00 :

Louis-Philippe Gingras: 21h45

Klô Pelgag: 22h30

10$ en prévente à L’Oblique et au Aux 33 Tours.

15$ à la porte

LOUIS-PHILIPPE GINGRAS

Folk / Chanson / Nashville

À la croisée des chemins entre le folk rural et le swing nashvillois, Louis-Philippe Gingras arrive en ville chevauchant sa guitare et fumant son micro. L’Abitibien d’origine est un musicien actif depuis les dix dernières années principalement sur la scène jazz montréalaise, notamment au sein du quatuor Les Contracteurs Généreux (FME 2009, OFF Festival de Jazz 2009). Faisant ici cavalier seul, sa performance calorifique déjà applaudie offre une musique appuyée sur une solide formation (Université McGill, Interprétation Jazz), mais épurée à fond pour faire place à des textes approfondis qui parlent de quête de sens et de mets chinois. Ces chants du coeur se retrouveront en automne 2011 sur un mini-album, «Pleurire», réalisé par Dany Placard.

KLÔ PELGAG

Depuis son entrée en scène, Klô Pelgag s’impose comme une sibylline bouffée d’air dans le paysage musical francophone. Portant sur son dos un univers chargé de chansons, de baroque et d’absurde, l’auteure-compositrice-interprète séduit et déstabilise en déployant une musique finement concoctée et qui braque les feux sur un désir instinctif de la créatrice à confronter ses propres fins. Ses deux albums L’Alchimie des monstres (2013) et L’Étoile thoracique (2016) ont été loués par la critique et couronnés de prix et autres distinctions: ADISQ, Prix Barbara, Révélation Radio-Canada, prix de la Chanson SOCAN, Prix Rapsat-Lelièvre, Prix Félix-Leclerc de la chanson, etc.

Née à Montréal à l’été 2014, Perdrix démontre un intérêt marqué pour la musique dès son très jeune âge : à deux semaines, elle s’installe déjà dans le parc Molson pour travailler des harmonies vocales au grand bonheur des individus présents. À 4 mois, caressant son rêve d’un jour faire la première partie de Corbach, Perdrix se rockifie et ajoute à sa sauce secrète l’épice Mansour expérience à forte teneur en bélier. Forte de sa nouvelle composition, Perdrix savoure sa puberté pour mieux l’en imprégner son univers disparate. Ses influences vont du garage des années 90 aux vacances de Beau Dommage. Avec un premier EP en gestation, un vidéoclip à la chambre noire, Perdrix a bon espoir de voir sous peu Marjo à leur concert se faire emporter par la foule, hurlant comme une louve et levant des doigts en signe de cornes vers les cieux.