DIMANCHE 31 MAI 2015
LANCEMENT DE MAIN BLANCHE

Née au département d’études littéraires de l’UQAM en 1996, Main blanche est plus jeune que la totalité de ses membres, mais forte d’expériences extraordinaires. Son nom, avoué bancal dès sa naissance, ne prône pas la suprématie blanche, il prend plutôt racine dans un rêve ésotérique fait par l’une des membres fondatrices. Depuis, la revue est en perpétuelle quête, non pas spirituelle, mais d’un dépassement des limites que la littérature lui inflige.

Main blanche se veut une plateforme favorisant l’expression de voix émergentes ainsi que l’exploration artistique et éditoriale. Lieu de tentatives infructueuses, d’erreurs, de recommencements, elle avance à tâtons, se cogne la tête partout; couverte de fières ecchymoses, elle place l’essai et l’expérimentation au cœur de ses préoccupations. Elle
occupe, au demeurant, ses temps libres comme entremetteuse et elle vous promet moult nouvelles amitiés, partenaires de projets, complices d’intimité lors de ses diverses
activités : lancements, open-mics, colloques, etc.

Tribune littéraire exempte d’intentions mercantiles, ses trois publications annuelles sont offertes gratuitement — à son public comme aux autres. Monstre hybride, sa forme est en constante évolution; elle interchange parfois le papier avec des vinyles, ou encore des bandes-vidéo. Si les textes ne vous plaisent pas, son minois vous charmera assurément. Ses couvertures illustrées par des artistes de la relève québécoise vous donneront toujours envie d’un deuxième exemplaire à encadrer.

Site Web: http://mainblanche.uqam.ca/